Comment oser prendre sa place ?

Prendre sa place est un concept fort en vogue dans le développement personnel. On nous conseille d’oser prendre notre place, de nous affirmer, d’oser dire non.

Oui, mais qu’est-ce que cela signifie exactement prendre sa place ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Nous allons également faire le tour des raisons pour lesquelles nous n’osons pas prendre notre place et, surtout, comment faire pour prendre notre place dans notre vie et dans les groupes sociaux que nous fréquentons.

 

Que signifie prendre sa place ?

Prendre sa place consiste à oser être qui nous sommes, en toute authenticité, avec nos forces et nos faiblesses, en toute humilité et vulnérabilité.

Oser prendre notre place nous permet d’exprimer notre plein potentiel, d’affirmer nos besoins, nos désirs même si ces derniers vont à l’encontre de ce qui est attendu par les autres, et ce, dans tous les domaines de notre vie.

Oser prendre sa place, c’est nous faire respecter, marquer nos limites, ne pas nous laisser influencer par les envies des autres.

Oser prendre notre place nous permet de vivre une vie qui nous correspond pleinement et d’être heureux.

 

Pourquoi n’osons-nous pas prendre notre place ?

Notre éducation.

 

Nous vivons dans une société où il est malheureusement plus difficile pour les femmes que pour les hommes de prendre notre place.

Pourquoi ? Parce que l’éducation est encore fort sexuée.

On va inviter les petits garçons à être dans l’action, à s’affirmer, à oser donner leur point de vue, à ne pas se laisser faire par les copains. Au contraire, il sera demandé aux petites filles d’être plus dans le calme, dans l’empathie, d’être douce, de porter attention aux autres et de veiller à leur bien-être.

L’éducation que nous recevons va également jouer un rôle prépondérant dans les croyances que nous allons construire sur nous-même et sur le monde qui nous entoure.

 

Nos croyances.

 

Nos croyances sont acquises par notre éducation et construites également par nos expériences de vie.

Concernant notre éducation, il est possible que nous ayons entendu les phrases suivantes: “Tu ne parleras que lorsque nous t’y aurons autorisé.e”, “Pour qui tu te prends ?”, “Reste à ta place”, “Sois plus discret.ète”,…

Par ces phrases, beaucoup d’entre nous ont pu comprendre que, prendre sa place signifiait : prendre de LA place, attirer l’attention sur soi, se montrer, se faire remarquer. En extrapolant, on pourrait même croire que prendre sa place signifie se sentir supérieur aux autres. L’image que nous nous en faisons est par conséquent fort négative et nous ne voulons pas montrer une telle image de nous à l’extérieur.

Une autre croyance que nous avons pu recevoir ou construire est que si nous prenons notre place, nous n’en laissons pas aux autres, comme s’il n’y avait pas de place pour tout le monde.

Attention: il n’est pas nécessaire aujourd’hui de rendre responsables nos parents et tous nos éducateurs de notre manque de confiance en nous. Non seulement, ils ont fait chacun du mieux qu’ils pouvaient avec les moyens qu’ils avaient. Mais, en plus, si nous avons développé ces croyances sur le monde, c’est qu’elles nous ont été utiles tout un temps. Nous pourrions ajouter également que c’est à nous aujourd’hui de reprendre notre plein pouvoir et de progresser avec ce que nous avons reçu.

 

Nos peurs.

Comme nous pensons à tort que prendre notre place est juste une manière de nous mettre en avant au détriment des autres, nous craignons alors le regard et le jugement des autres.

Par conséquent, lorsque nous exprimons qui nous sommes réellement, nous pensons que nous prenons le risque de vivre le rejet. Et pour les êtres sociaux que nous sommes, cette option est difficilement envisageable.

A cause de ces peurs citées, beaucoup d’entre nous vont faire en sorte de ne pas prendre trop de place dans la vie des autres (et par conséquent dans sa propre vie), de ne pas déranger les autres.

La méconnaissance de notre système de valeur

 

Pendant longtemps, étant enfant, il est possible qu’on ne nous ait pas laissé exprimer nos besoins. Par conséquent, nous n’avons pas su exprimer ce dont nous avions réellement besoin au fond de nous-même. Il est même possible qu’après les avoir enfouis aussi longtemps, nous les ayons perdus de vue, voire que nous ayons accepté les besoins de notre entourage comme les nôtres. 

Il s’ensuit la douloureuse conséquence que nous n’ayons plus conscience ou que nous ne sachions plus exprimer ce qui est important pour nous

Et comment prendre notre place quand nous en savons plus ce qui est réellement important pour nous ? 

 

Le manque de confiance en nous

 

Toutes les raisons que nous venons de citer engendrent un cruel manque de confiance en nous. Nous allons alors nous seriner intérieurement : “ Qui suis-je pour oser exiger cela ?”, “Je ne le mérite pas”, “Je ne suis pas assez”, “Je suis trop”…

Nous pouvons ne plus connaître nos réels besoins, nos réelles envies, notre système de valeurs. Nous n’osons donc pas les exprimer et les faire respecter. Et nous n’avons plus le sentiment d’être à notre place ou de trouver notre place dans nos différents domaines de vie. 

 

Maintenant, comment prendre sa place ? 

Prendre sa place demande de l’audace et du courage.

Oser prendre notre place demande de nous accepter nous-même, tel que nous sommes, c’est-à-dire accepter nos qualités, mais, surtout, accepter pleinement nos imperfections. 

Du coup, cela demande du courage d’oser nous montrer tel.le.s que nous sommes, de nous exposer dans toute notre vulnérabilité au regard des autres. 

Quand nous n’osons pas prendre notre place, nous ne sommes pas pleinement nous-même puisque que nous conformons notre personnalité aux attentes des autres pour ne pas être remarqué.e, pour ne pas déranger, pour ne pas être jugé.e. 

Pour prendre notre place, il est juste nécessaire de rester nous-même, en toute circonstance. Rester dans l’être, et non pas dans le faire. Il nous est alors demandé de nous assumer sous toutes nos facettes. Ainsi, nous avons la possibilité de nous affirmer sans honte ou culpabilité et d’être simplement là. 

 

Prendre sa place demande de modifier nos croyances. 

 

Pour prendre sa place, il est nécessaire de prendre conscience de toutes les croyances qui sont les nôtres. Lorsque nous prenons conscience des choses, nous avons déjà effectué 80% du travail car nous ne savons pas agir sur quelque chose que nous ne connaissons pas. 

Lorsque nous avons pris conscience de nos croyances, nous pouvons alors interroger leur véracité et leur utilité dans notre vie actuelle (attention, certaines croyances nous sont fortement utiles). Et si elles ne nous sont plus utiles, nous pouvons alors les remplacer par des croyances plus aidantes. 

Je tiens à vous dire ici que prendre sa place ne signifie nullement nous imposer au risque d’écraser les autres. C’est juste oser être nous-même et oser dire lorsque certaines de nos limites sont dépassées, lorsque nos besoins ne sont pas respectés, lorsque nos attentes ne sont pas entendues. Il n’y a rien d’agressif dans cette démarche à partir du moment où nous nous exprimons avec amour et bienveillance. 

 

Prendre sa place demande de se défaire de la peur du regard et du jugement des autres. 

 

Il est important de garder à l’esprit que, quoique nous fassions dans la vie, que cela nous semble bien ou mal, nous serons jugé.e.s par autrui car chaque individu voit le monde à partir de sa propre histoire et de son propre système de valeur. Comme nous sommes tous uniques, il est d’une vérité absolue que nous ne pouvons pas plaire à tout le monde.

Par conséquent, pourquoi nous privons-nous de prendre notre place et de contribuer ainsi à notre équilibre et notre bonheur pour éviter quelque chose d’inévitable ? 

De plus, nos peurs – outre la peur physique réelle face à un danger – ne sont pas rationnelles. Elles proviennent de notre mental et des histoires que nous nous racontons au sujet de ce que nous vivons. Sommes-nous vraiment certain.e.s que nous serons jugé.e.s, critiqué.e.s, voire rejeté.e.s en osant prendre notre place ? 

 

Prendre sa place demande de l’entraînement. 

 

Si nous n’avons pas l’habitude de prendre notre place, les premiers temps sont difficiles. Nous risquons de le faire trop intensément (et donc de conserver notre croyance que nous nous imposons aux autres), soit trop peu (et de croire que nous n’en avons pas le droit, que ce n’est pas possible pour nous).

Dans ce cas, il est bon de reprendre notre place petit à petit, de reprendre confiance dans le fait que nous ne risquons rien et de nous entraîner quotidiennement à oser montrer qui nous sommes réellement. 

 

Inspiration. 

Voici un très beau texte écrit par Marianne Williamson:

“Notre peur la plus profonde n’est pas que nous en soyons pas à la hauteur,

Notre peur la plus profonde est que nous soyons puissants au-delà de toutes limites.

C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question: qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Vous êtes un enfant de Dieu. Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde. L’illumination n’est pas de vous rétrécir pour éviter d’insécuriser les autres. Nous sommes tous appelés à briller, comme les enfants le font. Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous. Elle ne se trouve pas chez quelques élus, elle est en chacun de nous. Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre peur, notre puissance libère automatiquement les autres.”

 

 

J’espère que cet article vous a donné l’envie d’oser prendre votre place et de vivre votre vie en étant pleinement vous -même

N’oubliez pas que vous êtes unique et qu’il n’y a que vous qui puissiez prendre pleinement votre place.

 

Si vous désirez recevoir des exercices pratiques d’auto-coaching au sujet de cet article, inscrivez-vous vite à la newsletter. Chaque semaine, je vous envoie de nombreux exercices et conseils pratiques pour améliorer votre vie.

 

Si vous avez envie de me partager votre avis, de me poser vos questions ou pour toute autre raison, laissez-moi un commentaire ci-dessous. je me ferai un plaisir de vous lire et d’échanger avec vous.

 

Vous pourriez aussi aimez lire…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Guide gratuit

Abonnez-vous à ma newsletter dans laquelle je vous partagerai des conseils, des pépites inspirantes, des challenges, des articles… et téléchargez gratuitement

« 10 ingrédients pour une vie quotidienne plus sereine »

Vous y découvrirez 10 activités quotidiennes issues de la psychologie positive à intégrer dans votre quotidien afin de retrouver un sentiment de sérénité.

Au vu de la confiance que vous nous témoignez, vos données ne seront jamais cédées à des tiers. Pour plus d’informations, consultez la politique de confidentialité.

La Saveur du Quotidien

Des articles inspirants, des pépites et du coaching pour vous aider à redevenir acteur-actrice de votre vie et trouver un équilibre dans toutes les sphères de votre vie.

La Saveur du Quotidien - Mentions légales - Politique de Confidentialité - CGV

Webdesign et développement, avec ♥, par Digitalix